Notre expert : David Hogg

David Hogg

David Hogg, expert en agriculture et biodynamie

Originaire de Nouvelle Zélande mais vivant en Inde depuis plus de 35 ans, David est l'expert en matière de bio, et biodynamie.

 

Il est impliqué dans le projet Araku depuis ses tout débuts et a accompagné les agriculteurs dans la création des parcelles en introduisant des infrastructures agricoles, l'utilisation d'engrais naturel et un suivi régulier des caféiers. Chaque année, il organise des ateliers qui forment des milliers d'agriculteurs à cultiver le café à la main tout en utilisant l'agriculture biodynamique. Reconnu comme expert agricole en Inde, il conseille également de nombreuses entreprises privées et institutions internationales telles que la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture).

David Hogg est un membre exécutif fondateur de la "Biodynamic Association of India" et membre de "l'Indian Coffee Board". Il est également en train de mettre en place le label Demeter vegan Indien. 

Interview

Qu’est-ce que la biodynamie pour vous ?

David HoggLa biodynamie, comme son nom l’indique, nous parle de vie et d’énergie. Dans l’agriculture biodynamique, on utilise des processus biologiques naturels qui contribuent à atteindre l’équilibre et l’alchimie nécessaires à la croissance du vivant. Nous utilisons uniquement du compost d’origine végétale ou animale produit localement, ce qui permet ainsi de répondre au mieux à tous les besoins microbiologiques du sol, à travers l’énergie des micro-organismes naturels.

Pourquoi pensez-vous que l’agriculture biodynamique telle que vous la pratiquez dans la vallée d’Araku incarne le futur de notre planète ?

David Hogg — Notre effort dans la vallée a été de démocratiser cette connaissance scientifique, afin qu’elle ne soit plus détenue uniquement par une poignée d’experts mais par des millions de fermiers à la tête de petites exploitations. De cette manière, nous pouvons accroître la matière organique dans les sols (le carbone) et réduire substantiellement les besoins en eau. Cette matière organique optimise le recours à l’hydratation résiduelle des sols et contribue à atténuer le changement climatique. Elle favorise également la prolifération d’insectes bénéfiques qui contribuent à rendre les plants de café plus forts et résistants, avec une immunité plus forte. Ce sont des points de différence majeurs avec l’agriculture bio et l’agriculture extensive. En résumé, en utilisant moins d’eau, en rendant les sols plus riches et les plantes plus résistantes, le fermier parvient à créer des produits offrant de meilleures qualités gustatives et nutritionnelles. La nature, le produit et le fermier en sortent gagnants !

Pourquoi avoir choisi la vallée d’Araku pour commencer à semer les graines d’un mouvement biodynamique ?

David Hogg — La biodynamie telle qu’on la pratique à Araku n’a rien d’une innovation ! C’est même la plus vieille forme de culture bio organisée, puisqu’elle date de 1924. Elle prend en compte toutes les dimensions de l’agriculture pour des récoltes et des écosystèmes en pleine santé. Une partie de la biodynamie a même ses racines dans l’agriculture védique ! Il y a 20 ans, Araku incarnait le douloureux exemple d’un écosystème riche qui était devenu fragile. Nos paradigmes de développement moderne étaient en train de semer les graines du changement climatique pour cette région qui avait toujours vécue en harmonie avec la nature. Les Adivasis - la tribu primitive d’Araku - nous sont apparus comme un modèle de guerriers écologiques, qui pouvaient montrer au monde un autre visage du futur de l’agriculture, de l’écologie et de la sécurité alimentaire.

Quelle quantité de café est produite dans la vallée chaque année ?

David Hogg — La région produit au total 1000 tonnes de café. Nos standards rigoureux d’agriculture biodynamique et de plantations individuelles d’une acre font que nous ne réalisons pour le moment qu’une centaine de tonnes en produit bio-dynamique. En restant dans les mêmes standards de qualité, nous pourrons quintupler ce chiffre dans les 5 prochaines années.